nicolas leroy

La fin du pétrole

April 17, 2006

Je suis en train de lire “La Fin du Pétrole“, de James Howar Kunstler. La thèse proposée dans ce livre est la suivante: l’époque industrielle, rendue possible grâce à l’exploitation du pétrole, est un accident de l’Histoire (200 ans à peine, une goutte d’eau dans l’histoire de l’Humanité). La fin annoncée des ressources fossiles entrainera une période de régression que l’auteur appelle la “Longue Catastrophe”. Selon lui, aucune source d’énergie connue ne saurait être une alternative au pétrole, car dépendant indirectement du pétrole (panneaux solaires à construire, hydrogène à produire…), rendant cette “Longue Catastrophe” inéluctable.

Toujours selon l’auteur, une des premières conséquences de la rareté du pétrole sera une globalisation déclinente – les coûts de transport devenant prohibitifs – et un retour des productions locales.

Vous l’aurez compris: tout ça, ça fait peur. D’autant plus que des pays émergents comme l’Inde et la Chine vont être de gros consommateurs d’énergies dans les années à venir, grignotant d’autant plus vite les réserves de pétroles restantes.

La Chine est consciente de ce phénomène, et veut créer la première ville écologique, Dongtan:

Le projet futuriste de Dongtan répond à une évidence : la nécessité pour la Chine, emportée dans une folie constructrice, de privilégier désormais la qualité de sa croissance. Cela suppose une stratégie d’urbanisation radicalement nouvelle, écologiquement durable, alors que le pays va être le théâtre de la plus spectaculaire migration dans l’histoire de l’humanité.

Saine initiative: un des moyens de retarder cette “Longue Catastrophe” est effectivement de consommer moins d’énergie. Je suis surpris – mais ravi – que l’iniative viennent d’un pays émergent comme la Chine plutôt que d’un pays fortement industralisé.

Un peu de politique maintenant: la France veut rattraper le train de la libéralisation, espérant trouver des réponses au chômage. Soit. Et si on appliquait une politique volontariste qui aurait pour but de développer la société de l’après-pétrole? Un projet d’ampleur pour la Recherche (production d’énergie, processes de fabrication, travail sur les matériaux…), des débouchés industriels donc création d’emplois, des savoir-faires à exporter… (re?) devenir précurseurs plutôt que d’être suiveurs.


1 commentaire

Pétrus
on Feb 22, 2007 / 1pm
La fin progressive du pétrole

Nous en sommes arrivés à la fin de la croissance de la production mondiale de pétrole, ce qu'on appelle le pic de production (peak oil) ou pic de Hubbert.
Le géologue Hubbert avait calculé en 1956 que le maximum de la production pétrolière aurait lieu en 1970 aux Etats-Unis, ce qui s'est réalisé. De nombreux pays ont déjà atteint leur maximum de production.

A partir de l'année prochaine, la production mondiale de pétrole va décroître à un rythme de plus en plus élevé, que ce pétrole soit "conventionnel" et facile à extraire ou qu'il s'agisse de pétrole dont les conditions d'extraction sont difficiles, très coûteuses, techniquement risquées et aléatoires, très coûteuses aussi pour l'environnement.

Lire : http://travail-chomage.site.voila.fr/energie/fin_petrole.htm

Une estimation très optimiste prévoit une décroissance de la production de 2 % par an, conduisant à une production réduite de moitié dans 35 ans. Mais la réalité semble devoir être bien différente.
Avec une décroissance progressive de 1%, puis 2% ... 5%, nous aurions une production limitée à 80 % dans 12 ans et à 50 % dans 20 ans.