nicolas leroy

Jour 16 – Doubtful Sound

March 06, 2010

Te Anau se situe dans la région du fjorland, le pays des fjords… Seuls deux de ces fjords sont facilement accessibles. Le premier, Milford Sound, peut être rejoint par la route; et c’est sûrement le site touristique le plus visité de Nouvelle-Zélande. Le deuxième, Doubtful Sound, est déjà plus difficile d’accès: il faut prendre un tour organisé, qui permet de traverser le Lac Manapouri et prendre une route privée qui rejoint Doubtful Sound. De là il est possible d’entreprendre une croisière en bateau jusqu’à l’embouchure du fjord. C’est ce voyage relativement exclusif que nous allons entreprendre sur deux jours.

Départ en milieu de matinée de Te Anau, en bus jusqu’à Manapouri, où nous prenons un bateau pour traverser le lac du même nom (environ une heure de trajet). Le paysage est splendide: les forêts descendent directement jusqu’au lac sur des pentes abruptes. Si abruptes qu’il n’est pas rare d’observer le résultat de “tree avalanches“, des avalanches d’arbres, dûes à la pente mais aussi à la faible couche de terre sur laquelle pousse ces arbres.

Nous arrivons à West Arm, là où se trouve la centrale électrique de Manapouri, la plus puissante centrale de Nouvelle-Zélande. Objet de lutte entre politiques et écologistes dans les années 60 et 70, elle a tout de même été construite mais en garantissant qu’il n’y ait aucune augmentation du niveau du lac… Une victoire pour les écologistes, et le début d’une prise de conscience environnementale pour le pays.

Si la centrale peut se visiter, nous sommes là pour Doubtful Sound: nous prenons un bus qui nous emmène jusqu’à Deep Cove, un des bras de Doubtful Sound. La route a été construite lors de la construction de la centrale, et est la seule route de Nouvelle Zélande non connectée au réseau de routes… Elle passe par Wilmot Pass, un col qui nous permet d’avoir une première vue – rarement dégagée – sur Doubtful Sound.

Puis c’est la descente vers Deep Cove… Deep Cove, c’est aussi un quai où se trouve ammaré notre bateau. Nous sommes environ 70 personnes à bord (non inclus l’équipage), toutes prêtes à commencer cette croisière.

Le paysage est rapidement époustouflant. Nous sommes entourés de hautes parois couvertes de forêts, et sommes suffisamment prêts des rives pour comprendre que la forêt est dense, sauvage… Par moment, des bras secondaires ouvrent les parois et laissent entrevoir un horizon de montagnes aux sommets encore enneigés.

Le bateau entre dans un de ces bras secondaires, appelé Crooked Arm, et s’arrête bientôt pour nous permettre d’emprunter kayaks ou canots, afin de s’approcher des berges et de la forêt (et de piquer une tête pour les plus courageux!).

Nous ressortons de Crooked Arm pour nous rendre à l’embouchure de Doubtful Sound et sentir les vagues de la mer de Tasman. Je ne me lasse pas de ce paysage de nature sauvage, relativement intouchée par l’homme.

Nous rebroussons bientôt chemin pour re-rentrer dans Doubtful Sound. Pour ce faire, nous longeons un ensemble de petites îles où nous apercevons une colonie de phoques qui se prélassent sur les rochers; puis des yellow-crested penguins, une espèce rare de pingouins noir et blanc avec une crête jaune. Seule “déception” de la journée: nous n’aurons pas aperçu les quelques dauphins qui vivent dans ces eaux.

Et nous voici de nouveau dans les eaux plus calmes de Doubtful Sound, profitant du soleil couchant et des couleurs orangées sur le paysage. Bientôt, nous nous mettons à l’abri d’une crique, le bateau arrête ses moteurs. Après un repas, et un film qui retrace l’histoire de Doubtful Sound, nous rejoignons notre cabine, pour passer une nuit sur l’eau.

« Previous Next »

Laissez un commentaire