nicolas leroy

Jour 10 : De Lovina à Candikuning

September 30, 2006

Nous nous réveillons tôt pour profiter une dernière fois de la mer, avec notre départ pour Candikuning, sise dans une région montagneuse au centre de l’île. Sur la route, notre taxi fait plusieurs haltes ici pour nous permettre d’admirer les paysages de rizières, là pour faire une promenade en forêt à la découverte d’une magnifique cascade et découvrir des champs de cacao, café ou clous de girofle.

Bientôt, la route affiche une pente impressionnante et nous permet de rejoindre une crête bordée des deux côté pour des cultures d’hortensias. Bientôt, nous apercevons deux des trois grands lacs au centre de Bali : le Danau Tambligan et le Danau Buyan.

Engageant la descente vers Candikuning, nous entrons dans une brume dense que nous ne quitterons que le lendemain ! Le temps gris et humide rend notre entrée dans la ville peu engageante ; à peine pouvons nous distinguer le troisième lac, le Danau Beratan. Nous prenons une chambre au Ashran Hotel qui loue des petits bungalows avec vue sur le lac, dont nous ne profiterons guère…

C’est le début de l’après-midi à Candikuning, et il commence à pleuvoir. Nous montons un peu plus haut dans la ville pour manger dans une sorte de fast-food local et désert, où le satay ayam n’est pas désagréable et où la télé diffuse la version indonésienne d’Intervilles. En face de ce restaurant se trouve le marché de Candikuning. Une déception : la région est spécialisée dans les épices et le marché se résume à des marchands vendant tous les mêmes sachets d’épices, et aux habituels vendeurs de sarong et autres wood handicrafts que l’on trouve en France chez Pier Import et consorts.

Nous redescendons au lac et profitons d’une brève éclaircie pour visiter le Pura Ulun Danu Bratan : une merveille ! Ce temple est sûrement le mieux entretenu des temples que nous avons visités, et l’un des plus beaux. Nous avons le temps de l’admirer avant d’être pris sous une nouvelle averse. Nous revenons trempés à notre chambre d’hôtel, où l’humidité ambiante est palpable : l’oreiller est humide, rien ne sèche… La nuit va être très longue !

[albumlink id=”121″] « Previous Next »

Laissez un commentaire